Un Mog en Suède 05 – Racisme pendant le voyage en Estonie

Je reviens d’un séjour sympa en Estonie, sur lequel j’écrirai probablement un article (avec photos et observations), mais avant je veux raconter ce qu’il s’est passé au moment d’embarquer pour le retour.

Nous sommes le mercredi 27 février 2013, en Estonie. Après avoir passé la journée dans Tallinn, nous nous dirigeons vers le ferry pour embarquer vers Stockholm. Nous sommes un groupe de 5 : moi-même, français blanc, mon pote Mickael, français noir, et 3 italiennes, blanches.

Après avoir utilisé nos cartes pour passer les portes menant à la passerelle, nous fûmes interpelés par ce qui semblait être une agent de sécurité. Rien d’anormal jusque là. Seulement voilà, elle se tourne vers Mickael et lui demande “ses papiers”. Sans comprendre, celui-ci tend sa carte d’embarquement. Elle lui dit que non, elle veut voir une pièce d’identité. Toujours dans le flou, mon ami tend sa carte d’identité française, parfaitement légale et suffisante en Estonie. L’agent considère la carte, et déclare que “non, c’est pas suffisant”, et demande un passeport ou un permis de conduire. Donc là plus de doute possible : c’est ouvertement du racisme. Mickael n’ayant pas de passeport ni de permis de conduire, elle appelle une collègue par sa radio, et GARDE LA CARTE D’IDENTITE. Pendant les quelques minutes avant qu’elle n’arrive, nous sommes sous le choc. Puis sa collègue arrive, et visiblement lui dit que tout est en règle. Mon pote récupère donc sa carte, et l’agent repart sans un mot.

Incroyable. C’est la première fois que je suis témoin d’un acte de racisme aussi évident. A aucun moment elle n’a demandé quoi que ce soit aux autres ou à moi-même. Après 20 ans en France, en “banlieue” comme on dit, j’ai parfois vu ou entendu des trucs un peu limites, mais la vraiment…

Certainement dû au fameux problème d’immigration des noirs de l’Estonie vers Stockholm.

Résultat maintenant je m’en veux de ma réaction. J’aurais du lui demander pourquoi elle ne nous a pas demandé nos papiers. Pourquoi à lui spécifiquement, crier au scandale, en parler à sa collègue. Mais ça semblait si irréel… impossible… en 2013…

J’avais tendance à penser que les personnes de couleurs exagéraient les discriminations, mais maintenant je vois que j’avais tort. C’est une honte, c’est inadmissible, et je ne laisserai plus jamais passer une attaque aussi ouverte sans rien dire, je m’en sens trop honteux.

Je tiens également à saluer l’attitude de mon ami, qui n’est pas sorti de ses gonds et a pris la chose très calmement. Je pense que j’aurais explosé…

Luttez contre les cons, visiblement ils sont partout.